Les Survoltés de Aubais, quand la lutte se transforme en action

C’est en 2011 que naît lidée d’une association citoyenne dont le but est de construire un parc de panneaux photovoltaïques, grâce à un financement collectif, sur la commune de Aubais, à quelques kilomètres de Sommières. Les travaux devraient aboutir en mars 2018, ce qui correspond aux besoins en électricité de 150 foyers, hors chauffage électrique. Le tout, sans emprunt bancaire!

Le collectif Territoire en Transition Vidourle Vaunage est engagé depuis longtemps dans différentes luttes citoyennes et environnementales. Celle contre les Gaz de Schiste a pris un tournant positif en 2011 avec la loi interdisant la fracturation hydraulique, procédé d’exploration et d’exploitation utilisant des produits chimiques hautement polluants pour fissurer les roches et empêcher la flore de repousser dans ces failles. Mais les militants locaux ne s’arrêtent pas sur cette petite victoire. Ils souhaitent mettre leurs efforts au service de leurs idéaux et construire le futur dans lequel ils veulent vivre. Les Survoltés ont pour but de mettre les mains à la patte en construisant un parc de panneaux photovoltaïques sans emprunt bancaire. Pour eux, la transition énergétique se fera en transférant nos besoins de pétrole et de nucléaire sur les énergies renouvelables comme le photovoltaïque. Ils se donnent aussi pour mission d’éduquer les gens aux économies d’énergie, car sans cela la transition énergétique n’a pas de sens. Christian Mercier, l’un des co-fondateurs m’explique que nous pourrions facilement réduire de moitié l’énergie que nous consommons. « Il faut se donner les moyens, surtout au niveau de l’habitat en en terminant avec les maisons passoires thermiques! Nous devons aussi changer nos habitudes, acheter des produits qui nécessitent moins de transport, privilégier le train…» ajoute-t-il.

survoltés

Enercoop LR, fournisseur d’électricité «verte », l’un des premiers partenaires (aide à la réflexion et à la conception du parc), rachètera la totalité de l’électricité produite par le Watt Citoyen, structure juridique qui exploitera le projet tout au long de son existence. En 2014, les Survoltés se montent officiellement en association de loi 1901. Ils répondent à un appel à projet de la région LR et en sont Lauréat d’une subvention de 100 000€ soumise à condition: pour que la région verse 1€, il faut qu’un citoyen investissent 1€. L’Ademe a également mis la main à la poche avec une subvention de 7000€ pour une concertation citoyenne. Flyers, stands sur des salons, organisation de réunions publiques, études sur le terrain… autant de moyens pour diffuser la philosophie des Survoltés.

Le budget global est de 325 000€ et une grande partie est financée par des particuliers qui peuvent investir à partir de 100€. 170 personnes sont engagés à ce jour et le nombre n’est pas limité. Il n’est donc pas trop tard pour se lancer dans cet investissement d’avenir. Les sociétaires toucheront dès la première année un pourcentage du résultat net (durée de vie estimée à 30 ans), mais Christian m’explique que l’argent n’est pas la première motivation des Survoltés: « 98% des sociétaires viennent pour participer à la transition énergétique, le projet de Aubais est en phase avec leurs idées. La plupart des sociétaires sont du village ou de la région et on sent vraiment une dynamique collective et sociale de réappropriation du territoire ». Il m’apprend qu’un tiers des parts appartient à des enfants. Les parents ou grands parents investissent pour les générations futures et les font même participer à la transition dès leur plus jeune âge.

Les travaux devraient commencer en février prochain pour un lancement de la production en mars ou avril 2018. Le parc va être construit sur une ancienne décharge publique de 4000 m2 qui accueillera 1250 m2 de capteurs solaires. Un biotope sera créé avec des végétaux et des arbustes à fleurs et à fruits mais l’ancienne décharge ne peut pas accueillir de cultures agricoles. L’association vient de signer un bail avec la mairie et le plan administratif est bouclé.

Je suis admirative de ce collectif. 6 ans de travail d’une trentaine de personne qui ont su être patients, constructifs et concilier leur vie quotidienne avec un projet d’envergure et de longue haleine. J’ai de tout petits moyens mais j’ai bien envie de prendre part à cette belle aventure et de les aider à boucler leur budget!

Julie Claverie

N’hésitez pas à partager l’article sur les réseaux sociaux !

No votes yet.
Please wait...