Préparer des vacances plus écolos

Beaucoup d’entre nous commencent à penser aux vacances de cet été. Pour ma part, je m’y prends toujours un peu à la dernière minute mais cette année j’ai envie d’organiser quelques semaines de repos en accord avec mes valeurs du quotidien.

sac randonnée

J’ai eu la chance de vivre plusieurs années à l’étranger et mes envies de découvertes sont plus tournées vers notre beau pays. Dans un rayon de 200 km à la ronde, il y tant de choses à découvrir. Le Slow tourisme s’inscrit dans une tendance de fond qui vise à prendre le temps, ne plus courir ni être dans un planning scrupuleux. Pouvoir rencontrer un lieu et ses habitants, découvrir les spécialités locales, laisser la place à l’imprévu… Pour se rendre vers la destination de nos rêves, et une fois sur place, plusieurs options : le train ou le bus, le covoiturage (passager ou conducteur), le vélo et la marche à pieds pour les plus courageux. Côté activités, la question est comment prendre du plaisir, tout en respectant la nature? Randonnée (cartes IGN sur www.geoportail.gouv.fr/carte), baignade, cheval, visite de musées, de fermes… Le mot d’ordre : profiter du moment présent ! Les offices du tourisme et mairies ont de bonnes adresses et infos utiles. Elles sont souvent impliquées pour soutenir leur territoire et promouvoir les savoir-faire et les terroirs. Karine Boissière, élue de Valleraugue, commune au nord du Gard, ne chôme pas pour organiser la Fête de l’éco-tourisme le 13 mai prochain. Ce petit village au pied des Cévennes déploie tout un panel de propositions tournées vers l’écotourisme. Elle m’explique que le bourg n’a pas d’industrie et que la station de ski locale manque régulièrement de neige. Qu’à cela ne tienne, ils en font une force ! La mairie développe le tourisme au 4 saisons, misant sur la beauté et l’histoire des Cévennes. Elle projette même de construire Le musée du changement climatique, profitant de l’observatoire météo du Mont Aigual à proximité. Les habitants, commerçants et professionnels du tourisme s’organisent pour proposer hébergements responsables et activités atypiques, ils ont d’ailleurs créé le site www.cevennes-ecotourisme.com pour être plus visibles. Le centre culturel La Filature du Mazel organise par exemple la visite de résidences d’artistes, Cigale Aventure loue des vélos électriques au Vigan…

Et si vous préférez la ville aucun souci. Vous pouvez très bien louer une chambre chez l’habitant dans le 18ème arrondissement de Paris et vous rendre à pieds, par de petites rues, sur les quais de la Seine vers Jaurès et y faire une pétanque avec de jeunes parisiens comblés par le soleil. Puis vous pourrez rejoindre le parc de la Villette, vous y balader, élucider certains mystères en visitant la Cité des sciences et de l’industrie et finir la journée par un concert où spectacle du Cabaret Sauvage. Tout cela à pieds et en prenant le temps.

Enfin, pour les petites bourses, voici quelques formules peu chères et sympas. Le woofing permet d’échanger quelques heures de travail auprès d’agriculteurs contre le gîte et le couvert. C’est une bonne façon aussi de découvrir les métiers de la terre. Vous pouvez échanger votre maison ou appartement entre particuliers et économiser le logement (et limiter le bétonnage des sites naturels par la même occasion). Plusieurs sites web recensent les particuliers qui mettent à disposition un bout de jardin pour planter sa tente (entre 5 et 10€ la nuit) ou même sa caravane.

Reste à penser à de petits détails pour le moins importants. Hors de question de produire plus de déchets qu’à la maison, alors pensons à prendre gourde, contenants pour nos pique-niques, poubelle de poche, cendrier de poche… Un peu de préparation et à nous les belles vacances !

Julie Claverie

www.cevennes-ecotourisme.com

www.valleraugue.fr

N’hésitez pas à partager l’article sur les réseaux sociaux !

No votes yet.
Please wait...