Les pesticides n’ont plus le droit de cité!

Aujourd’hui, collectivités territoriales, établissements publics et État ne peuvent plus utiliser de pesticides chimiques pour l’entretien des espaces verts, forêts ou lieux de promenades ouverts au public. En effet, comme le prévoit la loi de la transition énergétique pour la croissance verte, l’interdiction des produits de synthèse dans ce cadre est entrée en vigueur en janvier 2017.

Véritable avancée pour la protection de l’environnement, cette réglementation vise surtout à protéger la santé des personnes qui assurent l’entretien de nos espaces verts, et celle des usagers des espaces publics. Une belle occasion d’ouvrir les yeux et notre esprit sur l’état de nos villes!

Repenser la mise en œuvre et la gestion des espaces verts publics

La nouvelle législation impose de trouver des alternatives aux pratiques des dernières décennies. L’utilisation de produits naturels (tels que ceux utilisés en agriculture bio.) et le désherbage manuel ou mécanique en font partie. Il s’agit en outre de reconsidérer globalement l’aménagement et la gestion des espaces verts, en menant des réflexions sur le choix des végétaux, leurs emplacements, la nature des sols et la bonne cohabitation des espèces pour minimiser les risques de maladies ou l’invasion d’insectes nuisibles. Des méthodes déjà employées en agro-écologie qui doivent permettre aux collectivités de ne pas augmenter les coûts de gestion et la pénibilité des professionnels en charge de l’entretien.

Zéro pesticide: des communes engagées!

De nombreuses villes du Gard n’ont pas attendu cette échéance légale pour mettre en place une nouvelle gestion des espaces verts visant à réduire puis éliminer les pesticides de synthèse. Nîmes s’y emploie depuis 2014 et Rodillhan a été précurseur en démarrant des actions innovantes dès 2009. Certaines communes se distinguent aussi par leur volonté d’aller plus loin que l’obligation légale. C’est le cas notamment de Garons, St Gervasy et Vestric-et-Candiac, candidates au plus haut niveau du label national « Terre Saine, Communes sans pesticide » géré par le ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie. Comme nous l’explique Yann Auer, technicien pollutions diffuses au Syndicat Mixte des Nappes Vistrenque Costières: « Elles ont généralisé la mécanisation du désherbage et banni tout pesticide, y compris pour l’entretien des stades de foot et cimetières qui sont encore exceptionnellement exempts de toute interdiction légale ».Plusieurs villes (Marguerittes, Vallabrègues, Calvisson, Aubord, Vauvert…) ont adhéré à la charte régionale «Objectif 0 phyto dans nos villes et villages» animée par la FREDON LR et qui rejoint le label « Terre Saine »

zéro phyto

Un autre regard sur la cité

« Le frein à la mise en œuvre du Zéro phyto, observe Yann Auer, c’est aussi l’intransigeance de certains habitants qui tolèrent mal de voir apparaitre sur les trottoirs et chaussées des végétaux considérés indésirables ou signe, selon eux, d’un mauvais entretien. Dans les cimetières, la marge de tolérance est encore plus faible. Hors, la seule main de l’homme ne permet pas d’obtenir un résultat aussi radical que celui permis par l’usage d’herbicide chimique ». Qu’on ne s’y trompe pas: les herbes qui s’invitent sur nos trottoirs sont le signe d’une ville en bonne santé! De nombreuses actions d’informations et de sensibilisation des citoyens sont initiées par les collectivités et divers acteurs territoriaux. Elles nous invitent à reconsidérer notre vision de l’aménagement urbain et de la végétation. Des sorties « Herbes folles » ont ainsi été organisées par le Syndicat des Nappes au printemps dernier, permettant aux populations de 7 villes de découvrir les vertus des végétaux sauvages au travers une visite originale.

Et dans nos jardins privés?

La loi prévoit de généraliser l’interdiction des produits phytosanitaires de synthèse aux jardins des particuliers, dès janvier 2019. Une occasion supplémentaire pour tous de s’intéresser aux réunions d’information « Ensemble, jardinons au naturel » également proposées par le syndicat mixte des Nappes. Parce que chaque petit pas compte, il revient à chacun de contribuer à cet élan en faveur de la santé de tous et de l’environnement!

Virginie Sanfelieu
Syndicat des Nappes: http://vistrenque.fr
Informations charte régionale et villes
A voir: « Zéro phyto 100% Bio»
 Film de G.Baudin.

N’hésitez pas à partager l’article sur les réseaux sociaux !

No votes yet.
Please wait...