L’aquaponie, innovation agricole prometteuse

Cette technique ancestrale oubliée, alliant culture de plantes et de poissons, apparaît comme une solution aux enjeux écologiques modernes. Permettant d’économiser de l’eau et d’augmenter les rendements, l’aquaponie a fait ses preuves en Amérique et débarque en France.

Le mot «aquaponie» est une contraction de «aquaculture», élevage de poisson et «hydroponie», culture de végétaux hors sol. Cette technique était déjà utilisée il y a des millénaires en Asie (rizipisciculture) et en Amérique latine chez les aztèques !

Le principe est simple, il s’agit de cultiver des fruits, des légumes et des poissons en utilisant la synergie entre les espèces. Les excréments des poissons sont un excellent engrais organique. Il est possible d’élever différents types de poissons tels que la truite, la carpe, l’esturgeon etc… On peut les nourrir avec des granulés (bio de préférence) ou avec les restes de nourriture. On fait alors d’une pierre deux coup : moins de gaspillage et économie d’argent. La société Cultures en Ville, spécialisée dans l’aménagement d’écosystèmes potagers dans les espaces urbains, utilise les restes de cantines dans leur projet sur les toits de la RATP.

aquaponie

Il faut disposer deux bacs l’un sur l’autre, en bas les poissons, en haut les plantes posées dans du gravier ou des billes d’argile. Une pompe aspire l’eau des poissons et la redistribue dans les plantes. Les restes de nourriture et les déjections des poissons enrichissent l’eau en sel minéraux et en nutriments. Les plantes se nourrissent de toutes ces bonnes choses, puis, l’eau assainie retourne dans le bassin des poissons. L’eau est entièrement recyclée, cet écosystème miniature fonctionne en circuit fermé.

Une ribambelle d’avantages !

Le grand point fort de l’aquaponie est que les légumes poussent 2 à 3 fois plus vite que dans un potager classique car les racines sont en contact permanent avec les nutriments. Elles ont tout à disposition et ne se développent pas autant qu’en terre. On peut donc mettre plus de plantes sur moins d’espace. L’aquaponie garantie des végétaux et des poissons d’une qualité nutritive exceptionnelle. On note également une économie d’eau de 80 à 95% comparé à la culture classique ! En dehors des quelques nutriments que l’homme doit rajouter aux plantes (fer, calcium…), l’aquaponie ne nécessite ni engrais, ni pesticides.

Aquaponiculteurs du dimanche et professionnels

L’aquaponie se pratique chez soi, dans son jardin, dans une serre familiale, dans la cuisine ou sur les toits des immeubles. Ce système de culture domestique intrigue et commence à attirer de plus en plus d’écoles qui mettent en avant l’aspect pédagogique. Cette pratique est accessible à tous. Au quotidien, il faut environ 10 minutes (dépendant de la surface du système) pour vérifier que tout fonctionne correctement, surveiller l’acidité de l’eau (PH) et nourrir les poissons. Pour une culture optimale, l’idéal est de placer son écosystème dans un climat tempéré toute l’année, entre 18 et 24°C. Des entreprises françaises comme Citizen Farm proposent des kits pour monter son propre petit système à la maison. Beaucoup pratiquent l’aquaponie avec leurs enfants, une manière ludique de les sensibiliser à l’environnement.

L’aquaponie fait l’objet d’une activité professionnelle significative aux Etats-Unis (80% des producteurs en aquaponie se trouvent aux USA), en Australie et au Canada. Les technologies utilisées dans ces pays sont très sophistiquées. Elles incorporent plusieurs bassins de cultures, des systèmes de filtration, d’aération et d’alarmes, installés sur des friches industrielles ou des sites de production maraîchère.

En France, l’aquaponie est en retard d’environ 20 à 25 ans, ce qui n’empêche pas quelques aquaponiculteurs pionniers de se lancer. Ces jeunes agriculteurs sont de véritables entrepreneurs. Au four et au moulin, ils ont bien compris qu’ils doivent vendre en direct et se diversifier (agrotourisme, formation…) pour pouvoir un jour vivre de leur activité. Une ferme de 2000 m2 permettrait de produire 25 tonnes de légumes et 6 tonnes de poissons à l’année. De quoi potentiellement couvrir les besoins d’environ 200 personnes.

L’aquaponie a un grand avenir devant elle. Avec le temps, elle pourrait apporter une solution efficace pour la production de nourriture locale de qualité, respectueuse de l’environnement et cela, partout dans le monde !

Nora Fellah

www.citizenfarm.fr

www.aquaponie-pratique.com

www.aquaponiefrance.com

www.projetapiva.wordpress.com

No votes yet.
Please wait...
2 Comments
  1. What’s up, just wanted to tell you, I enjoyed this blog post.
    It was practical. Keep on posting!

    No votes yet.
    Please wait...
  2. Nothing found for generisches cialis kaufe-ontario-canada .

    No votes yet.
    Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.